Gangrène

Douleur dans la fesse

Les douleurs aux hanches et aux fesses provoquent généralement:

  1. Arthrose de la hanche - coxarthrose
  2. Nécrose aseptique de la tête fémorale - infarctus de l'articulation de la hanche, nécrose avasculaire
  3. Inflammation des tendons fémoraux - trochanteritis
  4. Syndrome du muscle poire avec lésion de la colonne lombaire
  5. Arthrite - inflammation des articulations

1. Arthrose de la hanche (coxarthrose).

Arthrose de la hanche (coxarthrose) - ce diagnostic est très souvent posé. Beaucoup plus souvent que nécessaire. Lorsqu'un patient rend visite à un médecin pour des douleurs à la hanche, il reçoit un diagnostic de coxarthrose - arthrose de la hanche dans au moins la moitié des cas. Heureusement, la coxarthrose est moins courante. Les médecins compétents savent que 25 à 30% des patients atteints de coxarthrose représentent une demande de douleur aux cuisses.

La cooxarthrose survient généralement après 40 ans, un peu plus souvent chez les femmes que chez les hommes. La maladie peut toucher à la fois une et les deux articulations de la hanche. En règle générale, la coxarthrose se développe lentement, sur 1 à 3 ans. Bien qu'il y ait des exceptions - parfois, après une blessure, une surcharge ou une douleur intense sans nerf, la douleur augmente assez rapidement, en quelques jours ou quelques semaines.

Un symptôme distinct de la coxarthrose est une douleur à l'aine, irradiant sur le devant et sur le côté de la cuisse. Parfois, ces douleurs se propagent à la fesse ou au genou. La douleur survient principalement en marchant et en essayant de se lever d'une chaise ou d'un lit. Au repos, ils disparaissent presque toujours.

Un autre symptôme distinct de la coxarthrose est la restriction de la mobilité de la jambe affectée. Il est difficile pour un malade de déplacer la jambe sur le côté, il est difficile de tirer la jambe vers la poitrine; difficile de porter des chaussettes ou des chaussures. Il est peu probable qu'un malade soit capable de s'asseoir «à cheval» sur une chaise, les jambes écartées, sinon il le fera avec beaucoup de difficulté. Les jambes cessent presque de pivoter (de la cuisse) vers la droite ou de gauche ou pivotent en raison de mouvements de la taille.
En savoir plus sur l'arthrose des articulations de la hanche >>>

2. Nécrose aseptique de la tête fémorale

La nécrose aseptique de la tête fémorale (infarctus de la hanche, nécrose avasculaire) représente environ 5 à 10% du nombre de personnes qui se sont plaintes de douleurs aux cuisses.

Les symptômes de nécrose aseptique coïncident presque complètement avec les symptômes de coxarthrose, il est très difficile de distinguer une maladie d’une autre. Mais contrairement à la coxarthrose, la nécrose aseptique se développe le plus souvent rapidement, en quelques jours. Assez souvent, la douleur augmente au maximum et devient insupportable pendant les deux ou trois premiers jours. De plus, dans de nombreux cas de douleur, la douleur ne cesse pas complètement, même au repos, une douleur à la jambe peut épuiser une personne presque toute la nuit. Le repos n’en est qu’à l’aube, à 4-5 heures.

Autre différence par rapport à la coxarthrose: la nécrose aseptique concerne souvent des hommes relativement jeunes, âgés de 20 à 45 ans. Les hommes âgés de plus de 45 ans souffrent de nécrose aseptique beaucoup moins souvent. Encore moins souvent, les femmes tombent malades (7 à 8 fois moins souvent que les hommes).
En savoir plus sur la nécrose aseptique >>>

3. Inflammation des tendons fémoraux - trochanteritis

Inflammation des tendons fémoraux (trochantérite): cette maladie survient très souvent - environ 25 à 30% du nombre de personnes qui ont fait une demande de douleur aux hanches.

La trochanterite peut être soit unilatérale, lorsqu'une seule jambe tombe malade, soit bilatérale, lorsque les tendons fémoraux sont enflammés en même temps. Les femmes tombent beaucoup plus souvent malades que les hommes et le pic de morbidité tombe sur la période de réorganisation climatérique du corps lorsque le tendon et le muscle s'affaiblissent. Bien qu'il existe des cas où de jeunes femmes contractent une trochantériose.
La maladie se développe généralement assez rapidement, dans les 3 à 15 jours. La trochanterite se manifeste par des accès de douleur à la surface externe de la cuisse (la région de la "culotte").

La douleur survient le plus souvent lorsqu’on marche ou s’allonge du côté douloureux. Dès le début, la douleur peut être assez intense, mais contrairement à la coxarthrose avec trochantériose, il n'y a pas de raccourcissement de la jambe ni de restriction de mouvement dans l'articulation de la hanche. La jambe peut facilement être mise de côté et tourne librement dans toutes les directions. Contrairement à une personne souffrant de coxarthrose, une personne atteinte de trochantériose peut poser ses jambes librement sur ses pieds, sans aucune difficulté pour attacher ses lacets, et peut facilement s'asseoir «à cheval» sur une chaise, jambes écartées.
En savoir plus sur l'inflammation du tendon fémoral >>>

4. Syndrome musculaire en forme de poire

Syndrome du muscle poire avec lésion de la colonne lombaire. Cela se produit très souvent - environ 30 à 40% du nombre de personnes appelées pour une douleur à la cuisse.

La maladie est plus souvent unilatérale (droite ou gauche). La douleur augmente rapidement, le plus souvent en 1 à 3 jours, après un mouvement infructueux, une levée de poids ou une expérience émotionnelle intense, le stress. Dans certains cas, l'attaque est précédée de douleurs dorsales aiguës ou chroniques. La plus grande intensité de douleur dans le syndrome du muscle en forme de poire est observée dans la région des fesses; en même temps, le sacrum et un rein peuvent faire mal; dans certains cas, la douleur peut tomber à l'arrière du pied, jusqu'au talon. Contrairement à la coxarthrose, la douleur donne très rarement à l'aine - et dans tous les cas, dans le syndrome du muscle en forme de poire, la douleur dans la fesse sera beaucoup plus forte que la douleur à l'aine.

La douleur dans la fesse peut être sévèrement exprimée pendant le jour et la nuit. Il est parfois difficile pour un patient de trouver une position confortable dans la première moitié de la nuit, et parfois une personne malade se réveille de douleur à 3-4 heures du matin. Cependant, la moitié des patients ne ressentent de la douleur que pendant les mouvements et la marche. Dans le même temps, il n'y a aucune restriction de mouvement dans l'articulation de la hanche lorsque la jambe tourne: la jambe tourne complètement. Mais il y a souvent une douleur vive dans le bas du dos ou dans la région fessière lorsque vous essayez de soulever une jambe tendue ou de vous pencher en avant lorsque vous êtes debout, les jambes droites.
La cause du syndrome du muscle de poire est une lésion de la colonne lombaire >>>

5. Polymyalgie rhumatismale

La polymyalgie rhumatismale est assez rare - environ 1% du nombre de ceux qui ont fait une demande de douleur aux hanches. Les femmes de plus de 50 ans sont plus susceptibles de tomber malade. Dans 70 à 80% des cas, la maladie débute après un stress grave ou un rhume (grippe).

La maladie se développe assez rapidement, dans les 3 à 20 jours. En règle générale, les premiers symptômes de la maladie sont une rigidité et une douleur au niveau des cuisses symétriques (c'est-à-dire identiques à droite et à gauche) et des douleurs dans la cuisse (la douleur ne tombe pas au-dessous des genoux), ainsi que des douleurs légères aux épaules. La douleur est accompagnée par l'incroyable faiblesse des malades. Ces patients sont amenés chez le médecin littéralement "sous les bras", mais pas à cause de la douleur, mais à cause de la faiblesse. C'est incroyable la faiblesse est un point clé dans le diagnostic. Souvent, la faiblesse et la douleur liées à la polymyalgie rhumatismale s’accompagnent d’une diminution de l’appétit, d’une perte de poids et d’une augmentation de la température corporelle.
En savoir plus sur la polymyalgie rhumatismale >>>

6. Arthrite - inflammation des articulations

L'arthrite représente environ 2 à 4% des personnes qui se plaignent de douleurs aux hanches. Certains types d'arthrite entraînent une inflammation des articulations de la hanche et s'accompagnent respectivement de douleurs à l'aine ou aux cuisses. Et bien que cela se produise assez rarement, nous devons nous en souvenir.

Dans les cas les plus typiques, les articulations de la hanche sont atteintes d'arthrite presque pas moins, beaucoup plus tard que les autres articulations. Ensuite, le diagnostic différentiel entre l'arthrite et, par exemple, la coxarthrose n'est pas difficile, car au moment de l'inflammation des articulations de la hanche, le patient sait déjà qu'il souffre d'arthrite et sait le plus souvent laquelle.

Cependant, dans certains types de spondylarthrite ankylosante et dans certaines variantes rares de l'arthrite réactive, l'inflammation des articulations de la hanche peut être en avance sur d'autres manifestations de la maladie ou peut être le seul symptôme de la maladie. Et puis, il est très difficile de poser un diagnostic correct - une telle inflammation des articulations de la hanche est très facilement confondue avec une arthrose. Dans ce cas, même un médecin compétent peut commettre une erreur.

Cependant, certains signes "spéciaux" permettent de distinguer l'inflammation arthritique des articulations de la hanche d'autres maladies des cuisses et, en premier lieu, de la coxarthrose. Le principal signe d’avertissement qui peut indiquer la nature arthritique de l’inflammation des articulations est la raideur matinale et des douleurs dans tout le corps et les articulations, apparaissant immédiatement après le réveil, puis passant dans l’heure ou dans la première moitié de la journée. Cette rigidité est caractéristique des maladies inflammatoires des articulations, principalement de la spondylarthrite ankylosante et de la polyarthrite rhumatoïde.

Deuxièmement, contrairement à la coxarthrose, les douleurs arthritiques atteignent généralement l'intensité maximale la nuit, vers 3 ou 4 heures du matin. L'intensité d'une telle douleur est très élevée et ne diminue pas à la suite d'un changement de la position du corps, comme c'est le cas avec la trochantériose. En se déplaçant et en marchant, la douleur, contrairement à l'arthrose, au contraire, diminue le plus souvent un peu, plutôt qu'elle augmente. Dans la soirée, après que la personne malade se soit «dispersée», la douleur peut disparaître complètement afin de prendre feu avec un nouveau pouvoir la nuit, le matin.

Un indice, en outre, peut servir l'âge du patient. Ces types d'arthrite sont plus fréquents chez les jeunes de 15 à 40 ans. Et la trochanterite, la polymyalgie rhumatismale et la coxarthrose, à de rares exceptions près, commencent à l'âge de plus de 40 ans.

Article du Dr Evdokimenko pour le livre "Pain in the legs", publié en 2004. Edité en 2012

Douleur dans la cuisse et la fesse

La douleur à la hanche et au fessier peut être causée par un large éventail de maladies rhumatismales, neurologiques, traumatiques, vasculaires et infectieuses. Ceci, à son tour, crée des difficultés pour la recherche de diagnostic différentiel.

Les causes les plus courantes de douleur à la cuisse et au fessier

  • arthrose des articulations de la hanche.
  • pathologie périarticulaire (périarthrose...).
  • Lorsque la colonne vertébrale est impliquée dans le processus S1, la douleur se propage le long de l'arrière du pied jusqu'au talon et jusqu'au bord externe du pied jusqu'aux orteils IV-V avec engourdissement dans cette zone.
  • Radiculopathie L5, douleur à la vertèbre et paresthésies sont localisées sur la surface latérale externe de la cuisse, de la jambe et des deux premiers doigts.
  • La radiculopathie L4 comprend une douleur le long de la surface antérieure de la cuisse et de la jambe et un engourdissement à la surface antérieure du tiers supérieur de la jambe.
  • Avec une lésion dans la région L3, la douleur passe immédiatement de la surface latérale de la fesse à la surface antérieure et médiale de la cuisse et à la surface médiale du genou.
  • Radiculopathie relativement souvent observée L1. La douleur irradie dans le quadrant supérieur latéral des fesses et de l'aine.
  • Différentes variantes de spondylose (arthrose) de la colonne lombaire et sacrée (y compris en association avec des troubles neurologiques).

La pathologie des articulations sacro-iliaques, accompagnée de douleurs dans le sacrum et la fesse, joue un rôle majeur dans la formation de syndromes douloureux au niveau de la cuisse et du fessier. La douleur est plus prononcée le matin, réduite le soir et après la marche.

À l'origine de la douleur dans la fesse occupe une place particulière la maladie de Bechterew. La sacroiliite est un symptôme caractéristique dans ce cas. Le syndrome de la douleur dans la sacro-iliite apparaît souvent progressivement, est de nature émoussée, situé dans la région des fesses, peut être de nature intermittente (c'est-à-dire bouger d'un côté à l'autre) et irradie jusqu'aux sections les plus proches de la cuisse.

La valeur de la pathologie périarticulaire

La douleur dans la région fessière, irradiant vers la jambe, accompagne le plus souvent la bursite dans la région du grand trochanter, qui se caractérise par les symptômes suivants:

  • Douleur profonde, parfois brûlante, principalement du côté de l'articulation et de la cuisse, la douleur augmente lorsque vous marchez sur un terrain plat et accroupi, en association avec une boiterie chez 15% des patients;
  • Réduction de la douleur au repos, mais peut périodiquement augmenter la nuit, en particulier en position couchée;
  • Palpation de la tension musculaire dans la région du grand trochanter.

Le syndrome musculo-tonique est une cause fréquente de douleur à la hanche et au fessier: le syndrome des muscles en forme de poire et du muscle fessier accompagne le plus souvent des maladies dégénératives de la colonne vertébrale et des maladies des articulations sacro-iliaques, une arthrose secondaire des articulations adjacentes, des fractures pathologiques de la colonne lombaire. Dans le diagnostic des symptômes myofasciaux, un rôle important consiste à augmenter le taux de phosphatase alcaline osseuse.

Une amyotrophie diabétique peut se développer chez les patients diabétiques présentant une hyperglycémie incontrôlée, caractérisée par l'apparition d'une douleur aiguë, unilatérale ou bilatérale dans les muscles des cuisses et leur atrophie ultérieure. Dans cette situation, le diagnostic différentiel est réalisé avec une polymyalgie rhumatismale, pour laquelle le développement de l'amyotrophie n'est pas typique.

La névralgie du nerf cutané latéral de la cuisse se manifeste par une douleur et une parasthésie à la surface externe de la cuisse et de nature paroxystique, les paresthésies sont aggravées par la posture debout, la marche prolongée, aucun symptôme. La maladie est causée par une compression nerveuse dans la région iliaque antérieure ou sous le ligament inguinal.Les causes de la névralgie paresthésique sont des maladies vasculaires qui interfèrent avec la nutrition du nerf - l'athérosclérose, l'endartérite, les varices pelviennes ou la compression des nerfs des extrémités avec une masse corporelle excessive.

Une des variétés de neuropathies tunnel - syndrome de «poche arrière» - compression du nerf sciatique avec un portefeuille dans la poche arrière. Ce syndrome doit être suspecté lorsque des douleurs de la fesse et du dos de la cuisse sont présentes sans douleur dans le bas du dos. Il se développe généralement chez les personnes qui restent longtemps dans la voiture, par exemple les chauffeurs de taxi.

Avec la boiterie vasculaire sur le fond de l'athérosclérose des artères des membres inférieurs, la douleur disparaît après la cessation de la marche et ne dépend pas d'un changement de posture. Il y a une localisation prédominante de la douleur chez les veaux, une diminution de la pulsation périphérique et l'absence de symptômes neurologiques, des troubles trophiques. Une sténose importante est accompagnée de bruit artériel, surtout après un effort physique.

La boiterie neurogène sur le fond de la sténose lombaire manifeste une douleur intense, des paresthésies et une faiblesse des jambes lors de la marche.

Traitement de la douleur à la hanche et au fessier

Étant donné le large éventail de maladies (principalement rhumatismales), qui se manifestent par des douleurs à la cuisse et au fessier, les mesures correctives reposent sur un traitement dépersonnalisé et anti-inflammatoire adéquat. Le traitement implique l'utilisation d'anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), de relaxants musculaires, de chondroprotecteurs.

Causes de douleurs à la hanche et aux fesses

Auteur: admin · Publié le 16/08/2017 · Mis à jour le 30 nov. 2017

La douleur aux hanches et aux fesses affecte beaucoup de gens. La douleur ressentie dans cette zone peut se produire au niveau de la cuisse même ou peut être provoquée au-delà des limites de la cuisse. La plupart des douleurs aux hanches et aux fesses sont d'origine mécanique et peuvent être résolues à l'aide de traitements conservateurs, mais certaines des raisons peuvent être sérieuses. Toute douleur intense ne disparaît pas au bout de quelques jours, ou sa progression nécessite un examen médical. Dans cet article, nous examinons les causes de la douleur à la cuisse et aux fesses.

Causes possibles de douleur à la hanche et au fessier

La radiculite décrit l'irritation ou la contraction du gros nerf sciatique. Il provoque généralement des douleurs dans le bas du dos, la cuisse, les fesses et le dos de la jambe. La condition se produit le plus souvent en raison d'une hernie discale dans la partie inférieure de la colonne vertébrale. La hernie discale se développe lorsque la partie centrale en forme de gelée du disque rachidien dépasse ses limites normales, ce qui peut exercer une pression sur les nerfs adjacents. D'autres affections, telles que la dégénérescence de la colonne vertébrale et des éperons osseux liée à l'âge, peuvent également irriter le nerf sciatique et provoquer des douleurs. La radiculite peut être accompagnée d'une faiblesse musculaire, d'un engourdissement, de picotements et d'une perte de sensation le long du trajet nerveux. Dans les cas fréquents, la douleur de la sciatique est limitée à un côté. Cette condition peut être traitée avec des médicaments anti-inflammatoires et des exercices. Les cas graves de radiculite peuvent nécessiter un traitement chirurgical.

Douleur dans l'articulation sacro-iliaque.

La jonction sacro-iliaque est formée par le sacrum - la partie inférieure de la colonne vertébrale - et le bassin. Cette connexion est sujette à des blessures. Des douleurs dans les fesses et les cuisses peuvent survenir au niveau de l'articulation sacro-iliaque. Les personnes assises pendant une longue période peuvent ressentir des douleurs à ces articulations en raison de la contraction des muscles et des ligaments. La douleur peut aussi être causée par un traumatisme, l'arthrite ou la grossesse. Le traitement de la douleur dans l'articulation sacro-iliaque comprend des anti-inflammatoires, une injection de cortisone et des exercices pour renforcer les muscles qui soutiennent l'articulation.

Syndrome musculaire en forme de poire.

Le syndrome musculaire en forme de poire est un petit muscle situé au centre de la fesse. Ce muscle est actif pendant la course et la marche et est sujet au stress. Si le muscle en forme de poire est tendu, il peut se resserrer et causer des douleurs dans la région pelvienne et les fesses. Le nerf sciatique passe très près, et dans certains cas directement par le muscle en forme de poire. Lorsqu'un muscle est tendu et crispé, il peut exercer une pression sur le nerf sciatique, provoquant bon nombre des mêmes symptômes qui se manifestent lors d'une hernie associée à une radiculite. Les traitements incluent le repos des irritants, l'étirement d'un muscle étroit et le renforcement de tous les muscles de la région pelvienne.

La spondylarthrite ankylosante est une maladie inflammatoire chronique qui affecte la colonne vertébrale et les articulations sacro-iliaques. Il peut progresser et toucher d'autres articulations de tout le corps, mais les symptômes initiaux commencent généralement au niveau des hanches et de la colonne vertébrale inférieure. Les hanches, les fesses et les maux de dos sont courants. Dans certains cas, cette affection peut également toucher les organes internes, notamment le cœur et les poumons. Le traitement non chirurgical de cette affection comprend la physiothérapie et les AINS ou d’autres médicaments contre la douleur. Les cas graves de spondylarthrite ankylosante peuvent causer une posture permanente et se soumettre à une courbure et nécessiter une intervention chirurgicale.

Autres raisons

D'autres maux et blessures peuvent également causer des douleurs à la cuisse et aux fesses. Par exemple, de fortes déformations musculaires des ischio-jambiers ou une rupture peuvent être à l'origine de ces affections, en particulier chez les athlètes. Ces blessures peuvent se développer soudainement ou progressivement en raison d'une utilisation excessive. L'obstruction des artères alimentant les jambes est une cause moins courante de douleur à l'arrière de la cuisse et des fesses. Le durcissement des artères est le coupable habituel dans cette condition. Les dommages ou la contraction des muscles ou des tendons dans la région pelvienne peuvent également causer des douleurs fessières et au dos à la hanche.

Quelles options de traitement sont disponibles

Pour traiter la douleur aux fesses, consultez votre médecin, votre rhumatologue ou votre orthopédiste. Votre médecin adaptera votre traitement à la cause de votre douleur.

Votre médecin peut recommander:

  • Injections de corticostéroïdes pour réduire l'inflammation.
  • La thérapie physique aide à renforcer les muscles autour de la blessure et à améliorer l'amplitude de mouvement dans la zone touchée.
  • La procédure pour le drainage d'un kyste ou d'un abcès.
  • Chirurgie pour réparer un disque endommagé ou remplacer un joint usé.
  • Les remèdes maison peuvent aider à soulager vos symptômes jusqu'à ce qu'un plan de traitement soit élaboré.

Quand voir un docteur

Si la douleur ne s'est pas améliorée au bout de quelques jours, ou si elle s'est aggravée, consultez un médecin. Ils procéderont à un examen physique et éventuellement à des tests de visualisation, tels que des rayons X, pour trouver la cause de la douleur.

Une fois que votre médecin aura découvert les causes de la douleur à la hanche et au fessier, il élaborera avec vous un plan de traitement qui répond à vos besoins.

Douleur dans les fesses et les cuisses

La fesse est un muscle situé sur la cuisse. Sur c'est une couche de graisse sous-cutanée. La douleur dans les fesses et les cuisses peut être perturbée à la fois après une blessure et à la suite du développement du processus inflammatoire. Parfois, le malaise est transmis par la colonne vertébrale, ainsi que par le coccyx ou le sacrum. S'il y a des anomalies dans ces parties du corps, la fesse peut sembler faire mal. En fait, très souvent, il ne s'agit que d'un signe de la pathologie des articulations, des vaisseaux sanguins, des terminaisons nerveuses.

Douleur dans la cuisse droite et la fesse

Une gêne peut apparaître périodiquement pendant plusieurs mois ou ne pas déranger occasionnellement. Les douleurs aiguës dans les fesses et les cuisses sont généralement accompagnées d'exercice excessif. Si vous ne parvenez pas à évaluer correctement votre force au gymnase ou en faisant du jogging, vous risquez d’être gêné (e) le lendemain.

  • le genou;
  • région de l'aine;
  • la colonne vertébrale.

La gêne peut s’aggraver au coucher et disparaître complètement la nuit. La nature des sensations est différente, par exemple, des douleurs sourdes apparaissent souvent. S'il devient difficile de marcher ou de courir, vérifiez la présence d'une hernie dans la colonne lombaire.

Douleur dans la fesse et la cuisse en position assise

Parfois, il y a un fort inconfort lorsque vous êtes assis ou couché sur un certain côté. Souvent, de cette manière, le corps signale une bursite à la broche. La cause de la douleur dans la fesse et la cuisse en position assise est une arthrose de l'articulation de la hanche. Ce malaise est traitable, l’essentiel est de ne pas le déclencher, car des complications entraînent une invalidité, ce qui peut entraîner une gêne:

  • lésions de la moelle épinière;
  • pathologie du muscle moyen ou petit fessier;
  • radiculite

Tous ces maux sont dangereux pour ses complications. Pour les éviter, vous devez prendre rendez-vous avec un traumatologue ou un orthopédiste dès que possible. En moyenne, dans les 1-2 jours, vous pouvez établir un diagnostic précis.

Causes de douleur dans les fesses et les cuisses

Il existe de nombreux facteurs de risque pour cette condition. Parmi les dix raisons, il y en a plusieurs principales:

  • Ostéochondrose dans la région lombo-sacrée de la colonne vertébrale. La douleur devient douloureuse, peut s'intensifier pendant l'exercice.
  • Hernie. Premièrement, l’inconfort peut être ressenti dans le bas du dos. Un peu plus tard, il va dans la fesse et la jambe.
  • Abcès dans divers tissus des hanches. Caractérisé par la fièvre.
  • Ostéomyélite. Les douleurs dans les fesses et les cuisses sont fortement prononcées. Les sensations désagréables apparaissent brusquement, elles sont aiguës

Les phlegmon, les furoncles et les tumeurs peuvent également causer une douleur intense. Leur diagnostic opportun aidera à commencer rapidement un traitement efficace.

Diagnostics

Pour déterminer la cause de l'inconfort, vous devez suivre une série de procédures. Par défaut, tous les patients sont soumis à des tests sanguins et urinaires généraux. Leur coût varie de 400 à 600 roubles chacun. Cependant, ces études ne sont pas trop précises. En règle générale, ils ne montrent que la présence du processus inflammatoire.

Que peut parler de la douleur dans les fesses?

La douleur dans la fesse est non seulement désagréable, mais aussi un phénomène dangereux pouvant avoir des conséquences graves. Une personne éprouve un tel inconfort pour de nombreuses raisons. Parmi celles-ci figurent les lésions et les pathologies des tissus d'une zone donnée (peau, cellulose, muscles, nerf sciatique) ou des maladies d'autres organes, provoquant une douleur au fessier.

Le syndrome peut avoir une nature différente: douleur dans la fesse gauche, douleur dans la fesse droite, des deux côtés, irradiant vers la jambe, le bassin ou l'abdomen.

Raisons principales

Ignorer la douleur dans la fesse est impossible, il est donc important pour une personne d'écouter ses sentiments et d'essayer d'identifier les maladies qui les ont causés.

Il est important de noter qu'il est nécessaire de consulter un spécialiste pour poser un diagnostic précis et prescrire un traitement approprié.

Ostéochondrose lombo-sacrée

Description de la maladie

Elle se caractérise par la destruction du tissu cartilagineux des disques intervertébraux, à la suite de quoi la colonne vertébrale cesse de supporter le corps et le tissu des disques déformés appuie sur les terminaisons nerveuses.

Nature de la douleur

Dans ce cas, la personne ressent une douleur lancinante dans la fesse lors de la marche, un effort physique intense, une montée brutale, des mouvements inconfortables et un rhume. Les symptômes suivants sont souvent associés au syndrome de la douleur:

  • douleur au sacrum et aux cuisses;
  • sensation de surmenage des muscles fessiers et des membres inférieurs;
  • limiter la mobilité des membres inférieurs;
  • diminution de la sensibilité de la peau.

Diagnostic et traitement

En cas de suspicion d'ostéochondrose lombo-sacrée, le patient doit consulter un neurologue qui procédera à un examen, prescrira un examen aux rayons X et une tomodensitométrie.

Sciatique

Description de la maladie

La sciatique (syndrome musculaire en forme de poire, sciatique, névralgie) est une affection associée à l'incarcération et à l'inflammation du nerf sciatique.
Regarder une vidéo à ce sujet

La sciatique n'est pas une maladie, mais l'un des symptômes qui peuvent être causés par toutes sortes de raisons, allant de l'ostéochondrose à l'hypothermie.

Nature de la douleur

La douleur dans le cas d'une sciatique peut être de nature différente: douleur insupportable, débilitante ou légère gêne, mais dans tous les cas, les sensations augmentent avec le temps. En cas de sciatique, la gêne s'étend à une fesse et à un membre symétrique (sa surface arrière), il est douloureux pour une personne de rester assise et debout pendant une longue période.

Diagnostic et traitement

Pour clarifier le diagnostic, le patient doit contacter un spécialiste en vertébrologie. À titre de mesure diagnostique, un examen externe, une IRM et une tomodensitométrie de la colonne vertébrale, des rayons X et une électroneuromyographie sont réalisés. Le traitement est choisi en fonction de la cause de la maladie (exercices de physiothérapie pour la colonne vertébrale, acupression, dans les cas difficiles - traitement chirurgical).

Hernie intervertébrale

Description de la maladie

La hernie intervertébrale est le résultat d'une ostéochondrose négligée, à la suite de laquelle le disque vertébral s'effondre et à sa place, se développe un tissu fibreux, une inflammation et un dépôt de sels de calcium. Le disque déformé irrite les nerfs qui le traversent et active des sensations désagréables.

Nature de la douleur

La douleur est vive, forte, elle ne se ressent que du côté droit ou du côté gauche. Le signe caractéristique d’une hernie intervertébrale est que l’inconfort commence au bas du dos, après quoi le syndrome douloureux s’abaisse au niveau de la fesse et de la cuisse. Par la suite, les symptômes suivants se joignent:

  • faiblesse dans les membres;
  • violation de la sensibilité de la peau sur les fesses;
  • chair de poule;
  • violation de la miction et la défécation.

Diagnostic et traitement

La hernie intervertébrale est traitée par un neurologue ou un orthopédiste. Les patients se voient prescrire des rayons X, un scanner et une IRM.

Myosite

Description de la maladie

La myosite est un processus inflammatoire dans les muscles résultant d'infections virales respiratoires aiguës, de maladies auto-immunes, d'infections chroniques, d'hypothermie et de blessures. Il en a plusieurs variétés, mais les fesses sont généralement douloureuses avec une myosite ossifiante.

Nature de la douleur

Lorsque l'inflammation musculaire ressent une douleur dans la fesse lors de la marche, le plus souvent un caractère flou, tirant ou pleurnichant.

Diagnostic et traitement

Le spécialiste de la myosite musculaire est choisi en fonction de la cause de la maladie: s'il s'agit d'une conséquence d'une blessure, vous devez contacter un traumatologue. Si la raison en est une maladie infectieuse, vous devez consulter un thérapeute. La tactique du traitement dépend du stade et de la négligence de la maladie. Des agents anti-inflammatoires non stéroïdiens, des pommades chauffantes, des exercices thérapeutiques et des massages sont couramment utilisés. Dans certains cas (en cas de suppuration), une intervention chirurgicale est nécessaire.

Processus inflammatoires purulentes

Description de la maladie

Des processus purulents dans les tissus internes des fesses peuvent survenir pour différentes raisons: pénétration de microorganismes pathogènes (généralement un staphylocoque) dans une plaie ouverte, immunité réduite, troubles métaboliques, refroidissement excessif du corps, introduction de produits chimiques sous la peau.

  1. Les abcès Des cavités remplies de pus qui ressemblent à des furoncles de différentes tailles.
  2. Phlegmon Inflammation sous-cutanée du tissu adipeux sous la forme d'un gonflement au site de la blessure.
  3. Ébullition. Inflammations aiguës des follicules pileux, du protocole sébacé et des tissus environnants, en forme de cône avec un contenu purulent.
  4. Ostéomyélite. Maladie inflammatoire purulente qui affecte non seulement les tissus et les muscles fessiers, mais également les os. Il s'agit d'une maladie potentiellement mortelle pouvant entraîner le coma et la mort. Par conséquent, au moindre soupçon de maladie, vous devez immédiatement consulter un spécialiste.

Par conséquent, s’il est nécessaire de l’administrer, il est nécessaire de contacter des agents de santé qualifiés - cela minimisera la douleur à la fesse et aux problèmes plus graves.

Nature de la douleur

Dans les maladies inflammatoires, la douleur est généralement forte, aiguë. Le patient ressent une douleur dans la fesse lorsqu'il est assis et lorsqu'il touche la zone touchée, l'inconfort augmente. Le patient a souvent de la fièvre, des maux de tête, une détérioration du bien-être général.

Diagnostic et traitement

Diagnostic des processus inflammatoires des tissus impliqués chez le chirurgien. Pour ce faire, il suffit souvent que le patient passe des tests sanguins (général, élargi) pour que le médecin puisse s'assurer que l'infection ne pénètre pas dans la circulation sanguine. Les abcès, le phlegmon et les furoncles sont traités chirurgicalement, après quoi un traitement antibactérien et réparateur est prescrit à la personne. L'exception est l'ostéomyélite, qui est traitée exclusivement à l'hôpital.

Si l'abcès est petit et n'est pas accompagné de fièvre ou d'autres symptômes similaires, il peut être guéri à la maison. Pour ce faire, utilisez l'onguent ("Levomekol", l'onguent Vishnevsky, etc.), des oignons cuits au four, des feuilles d'aloès fraîches.

Maladies de l'articulation de la hanche

Dans les maladies de l'articulation de la hanche, le syndrome douloureux peut également être localisé ou donné à la région fessière. Le plus souvent, les fesses font mal après une blessure ou une luxation, accompagnées de pathologies congénitales ou acquises. En outre, la cause peut être la déformation de maladies affectant le cartilage et les os (arthrite, arthrose, coxarthrose, tuberculose).

La douleur dans les fesses peut également être ressentie lorsque les tissus mous sont meurtris ou trop sollicités par les muscles.

Nature de la douleur

Les maladies et les lésions de l'articulation de la hanche se caractérisent par des douleurs dans les fesses et la région inguinale s'étendant jusqu'à la surface supérieure des cuisses. L'inconfort peut être faible ou fort, selon le degré de dommage aux articulations. La raideur des mouvements, les boiteries, l'incapacité d'effectuer des actions simples (écarter les jambes, s'accroupir, etc.) peuvent rejoindre le syndrome douloureux.

Diagnostic et traitement

Les rhumatologues, les traumatologues (si les symptômes ont été causés par un traumatisme) et les chirurgiens s’occupent du traitement des maladies des articulations de la hanche. Les diagnostics comprennent les rayons X, les tomodensitogrammes, l'IRM, les analyses de sang biochimiques, parfois les ultrasons et l'électroneuromyographie.

Tumeurs malignes

Les néoplasmes malins des fesses se développent dans les tissus mous et appartiennent le plus souvent à des sarcomes, carcinomes basocellulaires et épidermoïdes. De plus, en présence de taches pigmentaires et de naevus sur les fesses, ils peuvent dégénérer en mélanome.

Nature de la douleur

Avec le développement de tumeurs malignes, les fesses peuvent faire mal à tout moment, la douleur est cousue ou tirée dans la nature et ne disparaît pas, même après avoir pris les médicaments appropriés. Par la suite, la douleur commence à se manifester aux jambes, aux cuisses, au bassin et aux hanches, ainsi que les symptômes associés aux problèmes de miction et de défécation.

Diagnostic et traitement

Si vous soupçonnez une tumeur maligne des fesses, vous devriez contacter un oncologue dès que possible. Le patient reçoit une radiographie ou une échographie de la zone touchée, une tomodensitométrie, des marqueurs tumoraux et une biopsie pour confirmer le diagnostic. Le traitement comprend la chimiothérapie, la radiothérapie, la cryodestruction et la chirurgie.

Pendant la grossesse

Beaucoup de femmes remarquent que leurs fesses sont douloureuses pendant la grossesse et le plus souvent, elles se manifestent entre 36 et 40 semaines de grossesse. La cause de cette affection est généralement la compression des troncs nerveux et des vaisseaux de l’utérus en croissance. Afin de remédier à cette situation, il est recommandé à la future mère de porter un pansement, d’éviter les efforts physiques importants et d’effectuer une gymnastique spéciale pour les femmes enceintes.

Dans quel cas des soins médicaux d'urgence sont-ils nécessaires?

Parfois, des douleurs dans les fesses accompagnées de symptômes peuvent menacer la vie d'une personne. Les symptômes qui nécessitent une attention médicale immédiate incluent:

  • forte fièvre, confusion ou perte de conscience;
  • saignements intestinaux, apparition de sang dans les selles ou l'urine;
  • forte faiblesse dans les jambes;
  • paralysie d'une ou des deux jambes.

Premiers soins pour la douleur dans les fesses

Pour soulager l'état du patient avant d'être consulté par un médecin, les mesures suivantes doivent être prises:

  • limiter l'activité physique;
  • adopter une position dans laquelle la douleur sera le moins ressentie;
  • Masser la zone touchée avec des mouvements légers.
  • boire un médicament anesthésique ("Analgin", "Diclofenac", "Ketanov", "Dolar");
  • si la douleur est causée par une ecchymose, appliquez une compresse froide sur la zone touchée;
  • s'il y a une plaie ouverte à la surface de la peau, traitez-la avec un antiseptique;
  • si le syndrome douloureux est causé par une injection non professionnelle, vous pouvez dessiner un filet d’iode sur votre fesse ou appliquer une compresse d’alcool;
  • en présence de furoncle ou autre éducation avec le contenu purulent faire une compresse de pommade Vishnevsky ou pommade Ichthyol.

Le diagnostic précoce et le traitement rapide de toute maladie augmentent considérablement les chances de guérison complète sans complications ni conséquences.

Posez-nous une question dans les commentaires ci-dessousPosez une question >>

Et si inquiet de la douleur dans la fesse, qui abandonne

Les muscles fessiers jouent un rôle important dans les divers mouvements des membres inférieurs, notamment lors de la marche, de la course, du squattage, etc.

Il existe de gros, moyens et petits muscles fessiers, chacun ayant une fonction spécifique.

Caractéristiques anatomiques

Le plus massif et le plus grand est le grand fessier, qui forme le relief et la convexité de cette partie du corps. C'est un muscle quadriceps qui relie la colonne vertébrale et le bassin, à l'arrière du tiers supérieur de l'os de la cuisse.

Les fonctions du gros muscle comprennent:

  • flexion et extension de la hanche;
  • la hanche se tourne vers l'extérieur;
  • abduction de la hanche sur le côté et alignement au centre.

Le deuxième muscle le plus grand, le muscle fessier, est un triceps dont la plupart se trouve directement sous le muscle gluteus maximus. Bien développé, ce muscle fournit une belle ligne de touche des hanches.

Le muscle moyen est responsable de:

  • la rétraction des jambes;
  • cuisse tournant vers l'intérieur / extérieur;
  • stabilise le corps et les jambes lors des déplacements - par exemple lors de la marche.

Le plus petit est le petit muscle des fesses, situé directement sous le muscle moyen. Ce sont des muscles plats à trois têtes qui participent à des gestes tels que:

  • la rétraction des jambes;
  • cuisse tournant vers l'intérieur / extérieur;
  • garder le torse droit.

La douleur dans la fesse est grave!

Si la douleur dans la fesse diminue au niveau de la jambe, il s'agit d'un symptôme assez grave pouvant indiquer une maladie ou une pathologie grave.

Si vous éprouvez des sensations désagréables dans ce domaine, quels que soient leur force et leur durée, vous devriez consulter un médecin.

Une douleur lancinante et intense dans la fesse qui se propage à la jambe peut être un symptôme ou une conséquence de maladies telles que:

Habituellement, les patients se plaignent de douleurs à la fesse gauche ou gauche de la cuisse et le long de la jambe, au milieu de la fesse, aiguës et douloureuses, aggravées par un effort physique.

La douleur dans les fesses, s'étendant jusqu'à la jambe, se produit généralement dans la colonne lombaire et se propage en dessous.

Cela peut être une manifestation d'ostéochondrose, de radiculite, de courbure de la colonne vertébrale, de hernie et de rupture d'anneau fibreux.

Les mêmes sensations, mais du côté gauche, peuvent avoir une nature complètement différente, par exemple une hypothermie ou une blessure.

La gêne entre les fesses est généralement causée par des troubles du rectum, du coccyx et des organes pelviens.

Une telle douleur peut être le résultat d'un traumatisme, d'une pathologie des os de la colonne vertébrale ou des organes pelviens (utérus, appendices, vessie).

Souvent, des anomalies neurologiques, du stress et des antécédents psychologiques instables peuvent également être à l'origine de la douleur à la jambe.

L'intensité peut être identifiée constante, lancinante, forte (mal de dos), aggravée par des mouvements brusques et affaiblissement de la douleur.

Le diagnostic de chaque patient est nécessaire pour déterminer avec précision l'étymologie de la maladie, car les symptômes coïncident souvent.

Ostéochondrose - pathologie douloureuse

Récemment, de plus en plus de jeunes ont souffert d'ostéochondrose, qui est influencée par un grand nombre de facteurs - ici, il y a l'écologie, la nécessité de passer beaucoup de temps en position assise, etc.

Cette douleur est généralement constante et augmente avec l'effort physique et les mouvements brusques. Cela s'accompagne d'autres symptômes - douleurs dans le bas du dos, augmentation du tonus musculaire des fesses, diminution de la sensibilité des membres inférieurs, faiblesse des muscles de la jambe, etc.

Le traitement de l'ostéochondrose est effectué par un neurologue sur la base des plaintes du patient et des recherches nécessaires (rayons X, tomographie). Des anti-inflammatoires d'un large spectre d'action, des massages, de la physiothérapie sont prescrits.

Hernie intervertébrale

Une douleur intense aiguë du dos à travers les fesses, le mouvement de la jambe est noté pendant les hernies des disques intervertébraux. Le côté où les sensations sont les plus fortes dépend du côté de la racine nerveuse vertébrale affecté.

Le symptôme principal s'accompagne par exemple d'une violation de la sensibilité de la peau, de picotements désagréables ou d'un engourdissement des extrémités. Dans une forme plus sévère, avec clampage nerveux, troubles des organes pelviens, problèmes de rétention urinaire et de défécation.

Une hernie intervertébrale est traitée par un chirurgien orthopédique ou un neurologue à l'aide de plaintes des patients, de diagnostics généraux et d'études spéciales (IRM, rayons X, tomographie). Un traitement chirurgical pour une maladie grave peut également être prescrit.

Radiculite lombo-sacrée

Cette maladie se réfère généralement aux manifestations de la douleur associées à une irritation des racines nerveuses de la moelle épinière.

L'ostéochondrose et la hernie vertébrale peuvent également être classées dans la sciatique, dont les représentants lumineux sont les douleurs aiguës dans la colonne vertébrale, le bas du dos, les fesses et les jambes.

On peut conclure qu'il s'agit d'une radiculite par trois symptômes généraux:

  • les douleurs décrites ci-dessus;
  • la présence de troubles moteurs - diminution de la force musculaire, faiblesse des jambes;
  • détérioration de la sensibilité de la peau - engourdissement des doigts, fourmillements dans les membres, etc.

En soi, la sciatique n'est pas un diagnostic clinique, mais une conséquence d'une maladie qu'un spécialiste qualifié doit déterminer et prescrire le traitement approprié. La douleur soulage les anti-inflammatoires et les analgésiques.

Pathologies du développement du système musculo-squelettique

Des parties du squelette humain constituent un seul système connecté. Les écarts par rapport à la norme à un endroit affecteront nécessairement d’autres parties du système. En conséquence, un tonus musculaire anormalement distribué entraînera une compression des nerfs et des douleurs aux fesses et à d’autres parties du corps.

La majeure partie de la souffrance est provoquée par des modifications de la colonne lombaire, qui sont douloureuses au niveau des fesses et qui s'étendent le long de la jambe gauche, de la jambe droite ou des deux côtés à la fois.

L'une des pathologies courantes est le pied plat, ce qui entraîne un changement dans l'ensemble de la construction de la ceinture des membres inférieurs.

Ainsi, la charge sur le pied est mal répartie, la posture et la position du pelvis sont perturbées, ce qui provoque tôt ou tard des douleurs dans la région lombaire, les fesses et les extrémités inférieures.

Avec l'arthrite, la douleur est vive et brûlante

L'arthrose est une maladie grave, accompagnée d'une dégénérescence des tissus articulaires et d'une altération de leurs fonctions. Ce processus s'accompagne de sensations telles que douleurs dans les articulations, les fesses, les jambes et les aines.

La première étape de l'arthrose est exprimée par la survenue d'une douleur dans la région sciatique au cours de l'exercice ou d'une longue marche, dans la nature.

La deuxième étape est caractérisée par des sensations désagréables plus fortes qui s'étendent à l'aine et à la cuisse.

La troisième étape est accompagnée par la souffrance constante du patient. Le traitement et le diagnostic sont effectués par un neurologue ou un orthopédiste.

Troubles circulatoires dans l'articulation de la hanche

Dans ce cas, nous pouvons parler de deux options:

  1. Serrage prolongé des vaisseaux alimentant les muscles des fesses. Cela peut être dû à une position assise prolongée, par exemple lorsqu’un bureau traversant de longues distances ou un bureau sédentaire travaille. La douleur survient dans la fesse et donne au membre inférieur, il y a un engourdissement, des picotements, etc. Pour vous débarrasser des sensations désagréables, vous pouvez simplement vous lever, ce qui vous permet de rétablir la circulation sanguine.
  2. Flux sanguin altéré dans l'artère iléale, qui alimente les membres inférieurs. Il s'agit d'un symptôme grave et dangereux pouvant être provoqué par des maladies telles que la thrombose, l'athérosclérose et les tumeurs malignes.

Les symptômes de ce cas comprennent: faiblesse dans les jambes, violation de la sensibilité de la peau, engourdissement, fourmillements, apparition de boiterie, violation de la démarche. Il est assez difficile de diagnostiquer la pathologie des vaisseaux et il est nécessaire de procéder à une radiographie des artères iliaques avec l'introduction d'un agent de contraste.

Tumeurs malignes

Douleurs tirant et piquant dans les fesses avec une propagation à une ou deux jambes peuvent également indiquer la présence de tumeurs.

Ainsi, le lymphosarcome affecte le squelette du pelvis et s'exprime en augmentant la douleur dans les fesses et les jambes; cancer du sang (myélome), ostéome - affecte les os et le bassin, y compris. Les métastases tentaculaires peuvent également conduire aux symptômes ci-dessus.

À connaître et à comprendre

Il est à noter que la douleur dans les muscles fessiers survient le plus souvent en raison de la compression des nerfs et des racines nerveuses.

Sous les muscles des fesses se trouve le nerf le plus massif du corps humain, appelé nerf sciatique.

C'est lui et ses processus qui sont responsables de l'innervation des membres inférieurs de l'homme. La douleur ressentie par une personne est une réaction des extrémités nerveuses aux changements résultant d'un gonflement du tissu musculaire, du mélange de vertèbres, etc.

La réduction de l'inflammation facilitera l'état du patient et un traitement complet ciblé de la cause de la douleur aidera à éviter le retour de symptômes désagréables.

Plus D'Articles Sur Les Pieds