Ecchymoses

Douleur dans la fesse

Auteur: admin · Publié le 16/08/2017 · Mis à jour le 30 nov. 2017

La douleur aux hanches et aux fesses affecte beaucoup de gens. La douleur ressentie dans cette zone peut se produire au niveau de la cuisse même ou peut être provoquée au-delà des limites de la cuisse. La plupart des douleurs aux hanches et aux fesses sont d'origine mécanique et peuvent être résolues à l'aide de traitements conservateurs, mais certaines des raisons peuvent être sérieuses. Toute douleur intense ne disparaît pas au bout de quelques jours, ou sa progression nécessite un examen médical. Dans cet article, nous examinons les causes de la douleur à la cuisse et aux fesses.

Causes possibles de douleur à la hanche et au fessier

La radiculite décrit l'irritation ou la contraction du gros nerf sciatique. Il provoque généralement des douleurs dans le bas du dos, la cuisse, les fesses et le dos de la jambe. La condition se produit le plus souvent en raison d'une hernie discale dans la partie inférieure de la colonne vertébrale. La hernie discale se développe lorsque la partie centrale en forme de gelée du disque rachidien dépasse ses limites normales, ce qui peut exercer une pression sur les nerfs adjacents. D'autres affections, telles que la dégénérescence de la colonne vertébrale et des éperons osseux liée à l'âge, peuvent également irriter le nerf sciatique et provoquer des douleurs. La radiculite peut être accompagnée d'une faiblesse musculaire, d'un engourdissement, de picotements et d'une perte de sensation le long du trajet nerveux. Dans les cas fréquents, la douleur de la sciatique est limitée à un côté. Cette condition peut être traitée avec des médicaments anti-inflammatoires et des exercices. Les cas graves de radiculite peuvent nécessiter un traitement chirurgical.

Douleur dans l'articulation sacro-iliaque.

La jonction sacro-iliaque est formée par le sacrum - la partie inférieure de la colonne vertébrale - et le bassin. Cette connexion est sujette à des blessures. Des douleurs dans les fesses et les cuisses peuvent survenir au niveau de l'articulation sacro-iliaque. Les personnes assises pendant une longue période peuvent ressentir des douleurs à ces articulations en raison de la contraction des muscles et des ligaments. La douleur peut aussi être causée par un traumatisme, l'arthrite ou la grossesse. Le traitement de la douleur dans l'articulation sacro-iliaque comprend des anti-inflammatoires, une injection de cortisone et des exercices pour renforcer les muscles qui soutiennent l'articulation.

Syndrome musculaire en forme de poire.

Le syndrome musculaire en forme de poire est un petit muscle situé au centre de la fesse. Ce muscle est actif pendant la course et la marche et est sujet au stress. Si le muscle en forme de poire est tendu, il peut se resserrer et causer des douleurs dans la région pelvienne et les fesses. Le nerf sciatique passe très près, et dans certains cas directement par le muscle en forme de poire. Lorsqu'un muscle est tendu et crispé, il peut exercer une pression sur le nerf sciatique, provoquant bon nombre des mêmes symptômes qui se manifestent lors d'une hernie associée à une radiculite. Les traitements incluent le repos des irritants, l'étirement d'un muscle étroit et le renforcement de tous les muscles de la région pelvienne.

La spondylarthrite ankylosante est une maladie inflammatoire chronique qui affecte la colonne vertébrale et les articulations sacro-iliaques. Il peut progresser et toucher d'autres articulations de tout le corps, mais les symptômes initiaux commencent généralement au niveau des hanches et de la colonne vertébrale inférieure. Les hanches, les fesses et les maux de dos sont courants. Dans certains cas, cette affection peut également toucher les organes internes, notamment le cœur et les poumons. Le traitement non chirurgical de cette affection comprend la physiothérapie et les AINS ou d’autres médicaments contre la douleur. Les cas graves de spondylarthrite ankylosante peuvent causer une posture permanente et se soumettre à une courbure et nécessiter une intervention chirurgicale.

Autres raisons

D'autres maux et blessures peuvent également causer des douleurs à la cuisse et aux fesses. Par exemple, de fortes déformations musculaires des ischio-jambiers ou une rupture peuvent être à l'origine de ces affections, en particulier chez les athlètes. Ces blessures peuvent se développer soudainement ou progressivement en raison d'une utilisation excessive. L'obstruction des artères alimentant les jambes est une cause moins courante de douleur à l'arrière de la cuisse et des fesses. Le durcissement des artères est le coupable habituel dans cette condition. Les dommages ou la contraction des muscles ou des tendons dans la région pelvienne peuvent également causer des douleurs fessières et au dos à la hanche.

Quelles options de traitement sont disponibles

Pour traiter la douleur aux fesses, consultez votre médecin, votre rhumatologue ou votre orthopédiste. Votre médecin adaptera votre traitement à la cause de votre douleur.

Votre médecin peut recommander:

  • Injections de corticostéroïdes pour réduire l'inflammation.
  • La thérapie physique aide à renforcer les muscles autour de la blessure et à améliorer l'amplitude de mouvement dans la zone touchée.
  • La procédure pour le drainage d'un kyste ou d'un abcès.
  • Chirurgie pour réparer un disque endommagé ou remplacer un joint usé.
  • Les remèdes maison peuvent aider à soulager vos symptômes jusqu'à ce qu'un plan de traitement soit élaboré.

Quand voir un docteur

Si la douleur ne s'est pas améliorée au bout de quelques jours, ou si elle s'est aggravée, consultez un médecin. Ils procéderont à un examen physique et éventuellement à des tests de visualisation, tels que des rayons X, pour trouver la cause de la douleur.

Une fois que votre médecin aura découvert les causes de la douleur à la hanche et au fessier, il élaborera avec vous un plan de traitement qui répond à vos besoins.

Douleur à la cuisse, aux hanches. Douleur à l'aine ou aux fesses

Les douleurs aux hanches et aux fesses provoquent généralement:

  1. Arthrose de la hanche - coxarthrose
  2. Nécrose aseptique de la tête fémorale - infarctus de l'articulation de la hanche, nécrose avasculaire
  3. Inflammation des tendons fémoraux - trochanteritis
  4. Syndrome du muscle poire avec lésion de la colonne lombaire
  5. Arthrite - inflammation des articulations

1. Arthrose de la hanche (coxarthrose).

Arthrose de la hanche (coxarthrose) - ce diagnostic est très souvent posé. Beaucoup plus souvent que nécessaire. Lorsqu'un patient rend visite à un médecin pour des douleurs à la hanche, il reçoit un diagnostic de coxarthrose - arthrose de la hanche dans au moins la moitié des cas. Heureusement, la coxarthrose est moins courante. Les médecins compétents savent que 25 à 30% des patients atteints de coxarthrose représentent une demande de douleur aux cuisses.

La cooxarthrose survient généralement après 40 ans, un peu plus souvent chez les femmes que chez les hommes. La maladie peut toucher à la fois une et les deux articulations de la hanche. En règle générale, la coxarthrose se développe lentement, sur 1 à 3 ans. Bien qu'il y ait des exceptions - parfois, après une blessure, une surcharge ou une douleur intense sans nerf, la douleur augmente assez rapidement, en quelques jours ou quelques semaines.

Un symptôme distinct de la coxarthrose est une douleur à l'aine, irradiant sur le devant et sur le côté de la cuisse. Parfois, ces douleurs se propagent à la fesse ou au genou. La douleur survient principalement en marchant et en essayant de se lever d'une chaise ou d'un lit. Au repos, ils disparaissent presque toujours.

Un autre symptôme distinct de la coxarthrose est la restriction de la mobilité de la jambe affectée. Il est difficile pour un malade de déplacer la jambe sur le côté, il est difficile de tirer la jambe vers la poitrine; difficile de porter des chaussettes ou des chaussures. Il est peu probable qu'un malade soit capable de s'asseoir «à cheval» sur une chaise, les jambes écartées, sinon il le fera avec beaucoup de difficulté. Les jambes cessent presque de pivoter (de la cuisse) vers la droite ou de gauche ou pivotent en raison de mouvements de la taille.
En savoir plus sur l'arthrose des articulations de la hanche >>>

2. Nécrose aseptique de la tête fémorale

La nécrose aseptique de la tête fémorale (infarctus de la hanche, nécrose avasculaire) représente environ 5 à 10% du nombre de personnes qui se sont plaintes de douleurs aux cuisses.

Les symptômes de nécrose aseptique coïncident presque complètement avec les symptômes de coxarthrose, il est très difficile de distinguer une maladie d’une autre. Mais contrairement à la coxarthrose, la nécrose aseptique se développe le plus souvent rapidement, en quelques jours. Assez souvent, la douleur augmente au maximum et devient insupportable pendant les deux ou trois premiers jours. De plus, dans de nombreux cas de douleur, la douleur ne cesse pas complètement, même au repos, une douleur à la jambe peut épuiser une personne presque toute la nuit. Le repos n’en est qu’à l’aube, à 4-5 heures.

Autre différence par rapport à la coxarthrose: la nécrose aseptique concerne souvent des hommes relativement jeunes, âgés de 20 à 45 ans. Les hommes âgés de plus de 45 ans souffrent de nécrose aseptique beaucoup moins souvent. Encore moins souvent, les femmes tombent malades (7 à 8 fois moins souvent que les hommes).
En savoir plus sur la nécrose aseptique >>>

3. Inflammation des tendons fémoraux - trochanteritis

Inflammation des tendons fémoraux (trochantérite): cette maladie survient très souvent - environ 25 à 30% du nombre de personnes qui ont fait une demande de douleur aux hanches.

La trochanterite peut être soit unilatérale, lorsqu'une seule jambe tombe malade, soit bilatérale, lorsque les tendons fémoraux sont enflammés en même temps. Les femmes tombent beaucoup plus souvent malades que les hommes et le pic de morbidité tombe sur la période de réorganisation climatérique du corps lorsque le tendon et le muscle s'affaiblissent. Bien qu'il existe des cas où de jeunes femmes contractent une trochantériose.
La maladie se développe généralement assez rapidement, dans les 3 à 15 jours. La trochanterite se manifeste par des accès de douleur à la surface externe de la cuisse (la région de la "culotte").

La douleur survient le plus souvent lorsqu’on marche ou s’allonge du côté douloureux. Dès le début, la douleur peut être assez intense, mais contrairement à la coxarthrose avec trochantériose, il n'y a pas de raccourcissement de la jambe ni de restriction de mouvement dans l'articulation de la hanche. La jambe peut facilement être mise de côté et tourne librement dans toutes les directions. Contrairement à une personne souffrant de coxarthrose, une personne atteinte de trochantériose peut poser ses jambes librement sur ses pieds, sans aucune difficulté pour attacher ses lacets, et peut facilement s'asseoir «à cheval» sur une chaise, jambes écartées.
En savoir plus sur l'inflammation du tendon fémoral >>>

4. Syndrome musculaire en forme de poire

Syndrome du muscle poire avec lésion de la colonne lombaire. Cela se produit très souvent - environ 30 à 40% du nombre de personnes appelées pour une douleur à la cuisse.

La maladie est plus souvent unilatérale (droite ou gauche). La douleur augmente rapidement, le plus souvent en 1 à 3 jours, après un mouvement infructueux, une levée de poids ou une expérience émotionnelle intense, le stress. Dans certains cas, l'attaque est précédée de douleurs dorsales aiguës ou chroniques. La plus grande intensité de douleur dans le syndrome du muscle en forme de poire est observée dans la région des fesses; en même temps, le sacrum et un rein peuvent faire mal; dans certains cas, la douleur peut tomber à l'arrière du pied, jusqu'au talon. Contrairement à la coxarthrose, la douleur donne très rarement à l'aine - et dans tous les cas, dans le syndrome du muscle en forme de poire, la douleur dans la fesse sera beaucoup plus forte que la douleur à l'aine.

La douleur dans la fesse peut être sévèrement exprimée pendant le jour et la nuit. Il est parfois difficile pour un patient de trouver une position confortable dans la première moitié de la nuit, et parfois une personne malade se réveille de douleur à 3-4 heures du matin. Cependant, la moitié des patients ne ressentent de la douleur que pendant les mouvements et la marche. Dans le même temps, il n'y a aucune restriction de mouvement dans l'articulation de la hanche lorsque la jambe tourne: la jambe tourne complètement. Mais il y a souvent une douleur vive dans le bas du dos ou dans la région fessière lorsque vous essayez de soulever une jambe tendue ou de vous pencher en avant lorsque vous êtes debout, les jambes droites.
La cause du syndrome du muscle de poire est une lésion de la colonne lombaire >>>

5. Polymyalgie rhumatismale

La polymyalgie rhumatismale est assez rare - environ 1% du nombre de ceux qui ont fait une demande de douleur aux hanches. Les femmes de plus de 50 ans sont plus susceptibles de tomber malade. Dans 70 à 80% des cas, la maladie débute après un stress grave ou un rhume (grippe).

La maladie se développe assez rapidement, dans les 3 à 20 jours. En règle générale, les premiers symptômes de la maladie sont une rigidité et une douleur au niveau des cuisses symétriques (c'est-à-dire identiques à droite et à gauche) et des douleurs dans la cuisse (la douleur ne tombe pas au-dessous des genoux), ainsi que des douleurs légères aux épaules. La douleur est accompagnée par l'incroyable faiblesse des malades. Ces patients sont amenés chez le médecin littéralement "sous les bras", mais pas à cause de la douleur, mais à cause de la faiblesse. C'est incroyable la faiblesse est un point clé dans le diagnostic. Souvent, la faiblesse et la douleur liées à la polymyalgie rhumatismale s’accompagnent d’une diminution de l’appétit, d’une perte de poids et d’une augmentation de la température corporelle.
En savoir plus sur la polymyalgie rhumatismale >>>

6. Arthrite - inflammation des articulations

L'arthrite représente environ 2 à 4% des personnes qui se plaignent de douleurs aux hanches. Certains types d'arthrite entraînent une inflammation des articulations de la hanche et s'accompagnent respectivement de douleurs à l'aine ou aux cuisses. Et bien que cela se produise assez rarement, nous devons nous en souvenir.

Dans les cas les plus typiques, les articulations de la hanche sont atteintes d'arthrite presque pas moins, beaucoup plus tard que les autres articulations. Ensuite, le diagnostic différentiel entre l'arthrite et, par exemple, la coxarthrose n'est pas difficile, car au moment de l'inflammation des articulations de la hanche, le patient sait déjà qu'il souffre d'arthrite et sait le plus souvent laquelle.

Cependant, dans certains types de spondylarthrite ankylosante et dans certaines variantes rares de l'arthrite réactive, l'inflammation des articulations de la hanche peut être en avance sur d'autres manifestations de la maladie ou peut être le seul symptôme de la maladie. Et puis, il est très difficile de poser un diagnostic correct - une telle inflammation des articulations de la hanche est très facilement confondue avec une arthrose. Dans ce cas, même un médecin compétent peut commettre une erreur.

Cependant, certains signes "spéciaux" permettent de distinguer l'inflammation arthritique des articulations de la hanche d'autres maladies des cuisses et, en premier lieu, de la coxarthrose. Le principal signe d’avertissement qui peut indiquer la nature arthritique de l’inflammation des articulations est la raideur matinale et des douleurs dans tout le corps et les articulations, apparaissant immédiatement après le réveil, puis passant dans l’heure ou dans la première moitié de la journée. Cette rigidité est caractéristique des maladies inflammatoires des articulations, principalement de la spondylarthrite ankylosante et de la polyarthrite rhumatoïde.

Deuxièmement, contrairement à la coxarthrose, les douleurs arthritiques atteignent généralement l'intensité maximale la nuit, vers 3 ou 4 heures du matin. L'intensité d'une telle douleur est très élevée et ne diminue pas à la suite d'un changement de la position du corps, comme c'est le cas avec la trochantériose. En se déplaçant et en marchant, la douleur, contrairement à l'arthrose, au contraire, diminue le plus souvent un peu, plutôt qu'elle augmente. Dans la soirée, après que la personne malade se soit «dispersée», la douleur peut disparaître complètement afin de prendre feu avec un nouveau pouvoir la nuit, le matin.

Un indice, en outre, peut servir l'âge du patient. Ces types d'arthrite sont plus fréquents chez les jeunes de 15 à 40 ans. Et la trochanterite, la polymyalgie rhumatismale et la coxarthrose, à de rares exceptions près, commencent à l'âge de plus de 40 ans.

Article du Dr Evdokimenko pour le livre "Pain in the legs", publié en 2004. Edité en 2012

Pourquoi peut-il y avoir une douleur dans les fesses et les cuisses?

Des douleurs soudaines dans les fesses et les cuisses peuvent être causées par une inflammation infectieuse ou être la conséquence de certaines pathologies. Dans tous les cas, la douleur parle d'une violation à laquelle il faut remédier. Il est nécessaire d’établir rapidement la cause et de commencer le traitement.

Pourquoi ça fait mal par derrière?

Pour répondre à cette question, vous devez comprendre comment fonctionnent les fesses et les hanches. Leur travail comprend plusieurs tissus et organes, dont la violation peut entraîner des sensations douloureuses.

La première pensée en cas de douleur est les conséquences d’une blessure ancienne peut-être pas complètement guérie. Les ecchymoses et les hématomes, ainsi que leurs conséquences, ne sont pas moins dangereux que les maladies dégénératives dystrophiques du système musculo-squelettique. Mais les problèmes suivants peuvent également être douloureux:

  • inflammations purulentes;
  • changements négatifs dans le système circulatoire;
  • pincer les nerfs;
  • douleur musculaire;
  • dommages aux ligaments ou aux tendons;
  • traumatisme osseux.

La douleur est différente: tirant, coupant, douloureux. La douleur dans la région fessière est un symptôme approprié pour un très grand nombre de maladies. Déterminer l'emplacement exact de l'inconfort et leur type vous aidera à comprendre quelle maladie particulière se manifeste de cette manière.

Quand la douleur apparaît-elle?

L’histoire de la maladie, et plus particulièrement les situations dans lesquelles la douleur s’intensifie ou disparaît, revêtent une grande importance dans le diagnostic. En interrogeant un patient, les médecins font attention au moment de la journée où les sensations douloureuses atteignent leur apogée.

L'apparition ou le renforcement de la douleur dans le cas où une personne prend une position assise, parle de maladies graves et dangereuses, sans traitement approprié, ils peuvent conduire à une invalidité.

La douleur peut être le résultat d'un certain nombre de maladies:

  1. La bursite à la cheville est une inflammation du sac articulaire de la hanche qui recouvre la broche de la cuisse. Le sac articulaire est rempli de liquide, il est nécessaire de réduire les frottements pendant le mouvement. Son inflammation s'accompagne d'une augmentation de l'œdème, d'une diminution de la mobilité. Le pic de douleur vient la nuit.
  2. L'arthrose de l'articulation de la hanche est une maladie dans laquelle le tissu conjonctif de l'articulation est détruit. Il se développe en raison d'une nutrition insuffisante des tissus, de perturbations hormonales, après une blessure.
  3. Les dommages à la racine de la moelle épinière entraînent une paralysie ou une paralysie partielle, mais dans le cas de légères déviations, une douleur, une léthargie des muscles, une perte de sensation des membres seront ressenties. Les lésions nerveuses peuvent avoir des effets irréversibles.
  4. Syndrome du petit et du moyen muscle fessier - lésion des muscles fessiers à la suite d'une blessure, d'une surcharge, de troubles de la colonne vertébrale. Les complications des injections intramusculaires entrent dans cette catégorie. La douleur augmente avec le changement de position.
  5. La radiculite est le pincement des nerfs rachidiens. Principalement des douleurs dans le dos et le cou, mais dans certains cas, elles peuvent être localisées dans la région fessière et fessière droite. Lorsque la maladie peut être perturbée, on se sent faible.

Une cause physiologique de la douleur dans les muscles des cuisses et des fesses est également possible: l'acide lactique s'accumule dans les fibres musculaires après un entraînement actif et par conséquent une douleur douloureuse peut survenir dans les 2-5 jours suivant l'exercice.

Certaines maladies peuvent être identifiées directement par le type de douleur:

  1. La douleur aiguë parle d'un début aigu ou d'une exacerbation de la maladie, un traitement immédiat est nécessaire ici. Les causes possibles peuvent être l'arthrose, la sciatique, les lésions des artères. Il y a une douleur aiguë avec une hernie intervertébrale.
  2. Les plus curieux parlent le plus souvent d’inflammation chronique, la force de la douleur n’est pas aussi grande que pendant l’exacerbation, et les patients n’y accordent pas assez d’attention, la prenant comme conséquence de l’activité physique.

Une douleur non intensive peut même être un symptôme de ces pathologies:

  • tumeurs de la colonne vertébrale;
  • formation de caillots sanguins dans le vaisseau sanguin;
  • arthrose.

Ce symptôme est également caractéristique des entorses, des ecchymoses et des blessures mineures.

Symptômes associés

Très probablement, la douleur à la jambe n'est pas le seul symptôme, d'autres apparaissent à l'arrière-plan. Les symptômes peuvent ne pas être aussi prononcés, mais en y prêtant une attention suffisante, il sera possible de déterminer le diagnostic avec plus de précision.

Certains symptômes pouvant se manifester en même temps que la douleur et les maladies auxquelles ils sont liés:

  1. Faiblesse musculaire Les muscles peuvent non seulement s'affaiblir, mais aussi s'atrophier, diminuant progressivement. Ce symptôme est caractéristique de l'ostéochondrose, une radiculite, pouvant survenir chez la femme enceinte et du fait d'une insuffisance du flux sanguin dans les muscles (thrombose, anémie). L'atrophie se développe depuis longtemps.
  2. Une sensibilité réduite est caractéristique des dommages au système nerveux. Cela peut se produire lors d'une lésion si les vaisseaux, l'hématome ou la tumeur (hernie intervertébrale) exercent une pression sur les nerfs fémoraux et sciatiques.
  3. Des mictions fréquentes accompagnées d'une douleur sourde indiquent le développement d'une pyélonéphrite ou d'une maladie rénale polykystique. Avec ces maladies, apparaissent également des maux de tête, une faiblesse et une soif constante dues à un manque de liquide.

L'augmentation progressive de la douleur peut indiquer la formation d'une tumeur maligne ou bénigne. Un symptôme peut aussi être un signe de cancer du sang.

Les fractures, les dislocations, les étirements peuvent être négligés immédiatement après une chute ou un choc mécanique, mais considérés comme une blessure régulière. Si la douleur ne disparaît pas pendant longtemps et que les symptômes augmentent, le diagnostic est nécessaire.

Diagnostics

Aucun spécialiste de haut niveau ne fera un diagnostic précis sans examen. Après le diagnostic et la détermination des causes de la maladie, un traitement individuel approprié peut être prescrit.

C'est important! Le médecin peut immédiatement prescrire, sans diagnostic, des analgésiques.

La radiographie est considérée comme le type de diagnostic le plus courant; elle peut révéler des lésions des os et des articulations, mais cette procédure ne révèle aucune lésion des tissus mous, et une échographie facilite cette opération. Le scanner et l'IRM sont assez coûteux, mais ils donnent une image complète de ce qui se passe sur le site de la douleur.

Également nommé des tests généraux d'urine, de sang, de matières fécales. Dans certains cas, des techniques de diagnostic invasives telles que la biopsie et l'arthroscopie peuvent être nécessaires.

Pour référence! Fondamentalement, le traitement des maladies du système musculo-squelettique est extrêmement complexe et nécessite une longue période.

Les principes généraux de traitement sont réduits pour réduire la mobilité. Si une modification dégénérative-dystrophique de l'articulation est détectée, une orthèse est appliquée. En cas d'inflammation, les AINS sont indiqués, si la cause de la maladie est associée à une lésion infectieuse, des médicaments antibactériens seront alors nécessaires. Les massages, la thérapie par l'exercice et la physio sont prescrits pour la récupération après une maladie.

Douleur à la hanche: causes sous-jacentes et méthodes de traitement

La douleur à la hanche est une raison suffisante pour aller chez le médecin. Le plus souvent, les patients se plaignent d'un malaise soudain dans l'articulation de la hanche, qui passe également rapidement sans aucune intervention. Les chirurgiens en traumatologie et les orthopédistes notent que ce phénomène ne devrait pas susciter d'inquiétude s'il est observé pendant 2 à 3 jours. Si le sentiment de douleur persiste beaucoup plus longtemps, vous devez être sur vos gardes et subir un diagnostic complet. Après tout, nous pouvons parler de problèmes de santé graves.

Souvent, les symptômes dans l'articulation de la hanche semblent flous. En règle générale, le malaise est ressenti dans l'aine ou dans la région du bassin, bien que les hanches soient douloureuses. Les causes de ce phénomène désagréable peuvent être très diverses - allant de l’étirement musculaire à l’infection des tissus durs ou au cancer. Mais ne paniquez pas immédiatement: la part des lésions osseuses malignes et bactériennes représente en moyenne 2 à 3% du nombre total de cas. Ensuite, examinons brièvement les maladies et les pathologies qui provoquent une douleur aiguë à la hanche.

Arthrose

Cette maladie provoque une douleur de nature différente dans la partie supérieure de la cuisse d'une ou des deux jambes. Le plus souvent, la pathologie se développe en raison d'une usure excessive des articulations de la hanche (TBS). Leur fonctionnalité diminue avec l'âge et, par conséquent, dans le groupe à risque, principalement chez les personnes de plus de 60 ans. La détérioration du tissu cartilagineux fait que les articulations ne répondent plus à leur objectif principal: absorber les chocs pendant la course, la marche et même une activité motrice minimale. C'est la cause de la douleur dans l'articulation de la hanche. Le traitement permettra d’arrêter les processus de dégénérescence, mais il est impossible de se remettre complètement de cette maladie.

On pense que l'arthrose est une maladie liée à l'âge qui affecte les articulations chez les personnes âgées. En fait, la maladie touche de plus en plus de jeunes patients, parfois même âgés de 20 à 35 ans. L'arthrose peut causer des sensations douloureuses à divers endroits. Si les hanches vous font mal de l'extérieur, la probabilité de confirmer ce diagnostic est suffisamment élevée. En outre, l'arthrose peut provoquer une gêne au niveau de l'articulation du genou, des fessiers et des lombaires.

Inflammation du muscle piriforme

Ce type de pathologie n'est pas moins diagnostiqué que l'arthrose. Dans presque tous les cas, les symptômes n'apparaissent que dans un membre. Dans le cas du syndrome du muscle en forme de poire, les patients accordent une importance particulière à la douleur au niveau des fesses - il s’étire jusqu'au pied, le long de la partie postérieure de la cuisse. Les articulations de la hanche peuvent faire mal en marchant, même si le nerf sciatique est pincé. Fondamentalement, ce problème survient chez des patients ayant des antécédents d’autres maladies neurologiques.

Rhumatisme

La principale erreur des patients atteints de cette pathologie est une attitude imprudente envers celle-ci. Beaucoup ne considèrent pas cette maladie comme dangereuse, même si elle provoque une douleur chronique à long terme à la hanche. Les sensations d'inconfort s'intensifient parallèlement à l'évolution des processus dégénératifs et des lésions du tissu cartilagineux.

Puisque l'articulation de la hanche est un système complexe constitué d'un grand nombre d'éléments (muscles, os, ligaments, cartilages, poches articulaires, etc.), l'éventail des causes probables de douleur à la hanche est très large. L'inflammation peut se développer dans n'importe quel département.

Hernie intervertébrale

La formation dans la colonne lombaire se manifeste par une douleur spécifique s'étendant jusqu'à la cuisse. La gêne peut être ressentie sur le côté, à l'avant ou à l'arrière du pied. En règle générale, la douleur à la hanche n'est pas le seul signe de hernie lombaire. Le patient peut se plaindre d'engourdissement des orteils, de picotements caractéristiques et d'une sensation de lourdeur dans les membres.

Ostéochondrose

L'ostéochondrose est une cause négligée de la hernie intervertébrale, qui provoque des douleurs dans la zone fémorale. En même temps, ses symptômes apparaissent déjà aux premiers stades des troubles dystrophiques des disques intervertébraux. Apparaissant dans les régions lombaire ou sacrée, la maladie provoque une douleur accrue. Au fil du temps, la fréquence d'apparition de l'inconfort augmente. Une douleur peut irradier jusqu'aux fesses, se propager à l'arrière de la cuisse.

Blessures et dommages

Des problèmes d'appareil musculo-ligamenteux peuvent également causer des douleurs dans la zone fémorale. Des étirements et des lésions des tissus mous, des fractures des os et de la hanche se font toujours sentir, provoquant des douleurs dans la région supérieure du membre. La fracture de la hanche se produit souvent chez les personnes âgées. Le temps de récupération des patients à l'âge adulte dépend de nombreux facteurs, mais en général, la croissance des os est très faible. La raison en est un apport sanguin faible dans cette partie du corps, ce qui s’explique par le fait qu’au moment de la lésion, plusieurs vaisseaux importants se détachent en même temps, lesquels assurent le transport de l’oxygène au col du fémur.

Autres causes de douleur

Une gêne peut survenir non seulement dans le contexte des processus ci-dessus. Parfois, la douleur à la hanche provient des anomalies congénitales des jambes. Des changements pathologiques dans les articulations, y compris les articulations de la hanche, peuvent survenir en raison de perturbations du métabolisme du corps.

Outre les lésions de la hanche et les autres maladies ne présentant pas de danger direct pour la vie du patient, il convient de noter les maladies dangereuses des membres supérieurs telles que:

  • cancers et foyers de métastases;
  • processus infectieux;
  • sténose des vaisseaux sanguins.

L'oncologie de l'articulation de la hanche est un phénomène rare, mais il peut toujours causer une douleur intense. Beaucoup plus souvent, des métastases apparaissent dans le tissu osseux de la région fémorale. Ils surviennent principalement aux derniers stades des tumeurs mammaires confirmées chez les femmes et de la prostate chez les hommes.

En ce qui concerne les maladies infectieuses affectant les hanches, l'ostéomyélite et la tuberculose osseuse impliquent dans la plupart des cas. Ces maladies sont assez difficiles à déterminer aux premiers stades de développement, mais les symptômes suivants doivent néanmoins alerter et induire des visites urgentes chez le médecin:

  • boiterie soudaine;
  • douleur aiguë dans le haut de la cuisse;
  • fièvre persistante;
  • douleur lorsque touché et appuyé sur la cuisse.

Parfois, ces manifestations servent de preuves des complications des processus infectieux des abcès urogénital, pelvien et isochial-rectal.

La constriction des vaisseaux sanguins, que les médecins appellent sténose, peut également causer une douleur intense à l'articulation de la hanche. Habituellement, l’inconfort augmente avec un effort physique accru et une longue marche. En plus des sensations douloureuses, les patients souffrant de sténose développent souvent des boiteries, ce qui trompe souvent les médecins lors du diagnostic.

Les symptômes

Pour clarifier l'étiologie de la maladie, les causes des douleurs articulaires de la hanche ne sont pas uniquement d'une importance capitale. Le traitement de la maladie identifiée dépendra principalement de sa gravité et de sa nature, de la localisation des manifestations. En particulier:

  • Le patient peut ressentir des symptômes désagréables non seulement à la cuisse, mais également à l'aine et au bas du dos. Chez les femmes, par exemple, un syndrome similaire survient pendant la menstruation.
  • Lors de l’étirement des muscles de la cuisse ou lors d’une luxation grave à l’origine du nerf pincé, la douleur se propage à l’ensemble du membre et s’exerce dans le bas du dos. En se déplaçant, la douleur augmente.
  • Parfois, les symptômes sont observés et au repos. Par exemple, couché sur le côté ou sur le dos. Une personne peut également ressentir un engourdissement dans les muscles des jambes. Dans le même temps, le patient ne ressent aucune gêne au moment de l'activité motrice.

Fracture de la hanche, entorses et autres blessures ne peuvent pas être négligés. En règle générale, en ce qui concerne les lésions à la hanche, les spécialistes n’ont aucun doute sur les tactiques de traitement ultérieures, ce qui n’est pas le cas des maladies inexpliquées. Après tout, lors de la marche ou du repos, des problèmes avec l’articulation de la hanche elle-même, des blessures aux muscles et aux tendons, une mauvaise structure des os et des articulations du fémur et des lésions des terminaisons nerveuses peuvent être à l’origine de l’inconfort. Très souvent, les varices, les thrombophlébites et plusieurs autres pathologies vasculaires sont responsables de la douleur dans la partie supérieure de la jambe.

Il est encore plus difficile aux médecins de définir les maladies auto-immunes qui interfèrent avec l'élasticité normale des vaisseaux des jambes. Bien que ces maladies soient rarement diagnostiquées, la probabilité de leur confirmation ne peut être complètement exclue dans aucun des cas. Des causes vasculaires présumées de douleur à la hanche devraient survenir si:

  • l'inconfort se fait sentir dans la direction de la veine elle-même;
  • c'est un personnage terne et terne;
  • lors du déplacement, la douleur augmente, laissant la place à une pulsation prononcée.

De même, la thrombophlébite se manifeste le plus souvent. Elle se caractérise par une douleur modérée au repos, mais aggravée en marchant. En plus des douleurs au membre supérieur, le patient peut être gêné par une fièvre persistante, une rougeur fémorale et un gonflement.

Procédures de diagnostic

Les causes de douleur dans les cuisses peuvent être très différentes - vous pouvez le vérifier sans trop de difficulté. Cependant, pour commencer le traitement, il est important de trouver le même facteur pathologique et d'établir un diagnostic précis. Un programme d'examen complet est élaboré par des spécialistes pour chaque patient individuellement. La localisation et la nature de la douleur, les symptômes supplémentaires, l’âge de la personne, la présence de maladies chroniques, etc. sont pris en compte.

À ce jour, les méthodes de diagnostic les plus informatives pour déterminer la cause de la douleur à la hanche sont les suivantes:

  • Imagerie par résonance magnétique. Avec une fracture de la hanche, ce type d'étude n'est pas prescrit. Il est recommandé de passer la procédure aux patients qui, en plus des douleurs à la hanche, se plaignent de douleurs lombaires. Examen obligatoire du bas de la colonne vertébrale et de l'articulation de la hanche.
  • Vaisseaux sanguins Doppler. Pour obtenir une évaluation objective de l'état des vaisseaux des jambes, ce type de recherche est effectué. Avec elle, des maladies telles que les varices et la thrombophlébite sont diagnostiquées même aux stades précoces.
  • Radiographie et échographie des articulations de la hanche. La méthode de diagnostic la plus courante utilisée par les spécialistes. Grâce au diagnostic échographique, les médecins ont la possibilité d’identifier l’arthrite, l’arthrose, les lésions infectieuses des os et d’autres pathologies de la hanche.
  • Électromyographie, la procédure pour l'étude des réflexes tendineux, des ligaments et des fibres musculaires.
  • Analyses cliniques, de laboratoire et biochimiques.

Grâce aux résultats de la recherche, les experts ont conclu à la présence d’un processus inflammatoire dans le corps, confirmant ou infirmant les causes de la douleur à la hanche. Que faire ensuite et quelle direction de thérapie choisir, dans chaque cas, le médecin traitant décide. A propos, chirurgiens, traumatologues et phlébologues s'occupent du diagnostic et du traitement des maladies se manifestant par une douleur à la hanche.

Méthodes de thérapie populaires

Comme déjà mentionné, le schéma thérapeutique est choisi individuellement, en fonction des caractéristiques et des causes de la maladie. Dès que le spécialiste réussit à poser un diagnostic précis, des mesures de traitement sont prescrites.

En cas de syndrome douloureux intense, le traitement symptomatique convient à une personne dont le but principal est d’améliorer son bien-être et sa qualité de vie. Les analgésiques sont utilisés pour éliminer les sensations douloureuses. L'effet maximal est donné par les drogues sous forme injectable.

Si la cause de la douleur dans l'articulation de la hanche est dans la hernie intervertébrale, le traitement symptomatique est construit sur la base d'un blocage novocainique dans la région du nerf sciatique pincé.

Selon le type de maladie, des préparations des groupes pharmacologiques suivants peuvent être recommandées pour soulager l'état du patient:

  • Anti-inflammatoires. Leur groupe non stéroïdien (Nimesil, Diclofenac, etc.) a reçu une distribution spéciale. Les préparations contenant de la cortisone sont utilisées dans les cas les plus graves.
  • Myorelaxants. Grâce aux médicaments de cette catégorie, il est possible d'éliminer les spasmes dans les muscles et les tendons du patient, qui se développent le plus souvent comme une réaction du corps à la douleur. Si elle est provoquée par un nerf pincé, les spasmes musculaires ne font qu'aggraver la situation. Les relaxants musculaires agissent sur le principe opposé - améliorer la circulation sanguine et soulager le gonflement.
  • Chondroprotecteurs. Les médicaments les plus souvent utilisés pour prévenir les maladies des articulations et améliorer le trophisme dans les lésions du processus pathologique.
  • Complexes de vitamines et de minéraux. Une série de préparations contenant la quantité de macro et micro-éléments nécessaires à l'organisme contribue à améliorer le bien-être général, à réduire la gravité de la maladie et à stopper le développement de la pathologie. Après avoir étiré les muscles de la cuisse, les complexes de vitamines activent les processus de récupération dans les tissus.
  • Diurétiques. Prendre des médicaments dans ce groupe aidera à soulager l'enflure de la hanche et à lui redonner sa mobilité.

En plus du traitement conservateur contre la douleur à la hanche, le médecin peut prescrire un traitement manuel, en particulier pour pincer le nerf sciatique ou la hernie intervertébrale. Pour améliorer la circulation sanguine dans la région pelvienne, développer et renforcer le système musculaire après une blessure est capable de complexe d'entraînement médical et physique. Grâce à la gymnastique thérapeutique, la mobilité des articulations augmente, et donc l'activité physique de la personne dans son ensemble. Dans certains cas, les experts recommandent de suivre un cours de physiothérapie, ainsi que des procédures d'hydrothérapie et d'acupuncture.

Remèdes populaires

Si une échographie des articulations de la hanche ou d’autres procédures de diagnostic ne confirment la présence d’aucune pathologie, ne vous inquiétez probablement pas. De la douleur à la hanche, apparue pour la première fois, aidera à se débarrasser des recettes populaires:

  • Compresse d'oignon et de poivre. La masse thérapeutique est préparée comme suit: prenez une demi-tasse de jus d'oignon fraîchement pressé, ajoutez du paprika, passez dans un hachoir à viande, versez deux cuillères à soupe de jus de plantain et de graisse animale (de préférence de chèvre ou à l'intérieur). Le gruau résultant est légèrement chauffé et étalé sur une plaie, enveloppant le dessus d'une pellicule de plastique et d'un chiffon chaud.
  • Saindoux de porc. Une fine couche de ce produit est appliquée sur la cuisse et fermement fixée avec un bandage serré. Après un certain temps, la plaque de graisse doit être remplacée, car elle a tendance à s’amincir.
  • Pommade chauffante à la moutarde. Pour préparer ce remède à la maison, vous aurez besoin d'un verre de sel de table ou de mer. Ajoutez-y 100 g de poudre de moutarde, diluée dans 100 ml d’eau tiède. La consistance de la solution doit ressembler à de la crème sure épaisse. Au coucher, le produit est frotté sur l'articulation douloureuse et le matin, il est lavé à l'eau tiède.

Les médecins recommandent souvent de compléter le traitement médicamenteux par une thérapie traditionnelle. Cependant, l’utilisation des remèdes à la maison seuls comme moyen de se débarrasser de la douleur à la hanche est généralement inefficace. De plus, afin d'éliminer tout inconfort, il est particulièrement important d'identifier la cause de la pathologie et de neutraliser le facteur provoquant le plus rapidement possible. Dans ce cas, il est impératif de consulter un médecin: un spécialiste établira un diagnostic précis et sélectionnera un schéma de traitement individuel.

Que peut parler de la douleur dans les fesses?

La douleur dans la fesse est non seulement désagréable, mais aussi un phénomène dangereux pouvant avoir des conséquences graves. Une personne éprouve un tel inconfort pour de nombreuses raisons. Parmi celles-ci figurent les lésions et les pathologies des tissus d'une zone donnée (peau, cellulose, muscles, nerf sciatique) ou des maladies d'autres organes, provoquant une douleur au fessier.

Le syndrome peut avoir une nature différente: douleur dans la fesse gauche, douleur dans la fesse droite, des deux côtés, irradiant vers la jambe, le bassin ou l'abdomen.

Raisons principales

Ignorer la douleur dans la fesse est impossible, il est donc important pour une personne d'écouter ses sentiments et d'essayer d'identifier les maladies qui les ont causés.

Il est important de noter qu'il est nécessaire de consulter un spécialiste pour poser un diagnostic précis et prescrire un traitement approprié.

Ostéochondrose lombo-sacrée

Description de la maladie

Elle se caractérise par la destruction du tissu cartilagineux des disques intervertébraux, à la suite de quoi la colonne vertébrale cesse de supporter le corps et le tissu des disques déformés appuie sur les terminaisons nerveuses.

Nature de la douleur

Dans ce cas, la personne ressent une douleur lancinante dans la fesse lors de la marche, un effort physique intense, une montée brutale, des mouvements inconfortables et un rhume. Les symptômes suivants sont souvent associés au syndrome de la douleur:

  • douleur au sacrum et aux cuisses;
  • sensation de surmenage des muscles fessiers et des membres inférieurs;
  • limiter la mobilité des membres inférieurs;
  • diminution de la sensibilité de la peau.

Diagnostic et traitement

En cas de suspicion d'ostéochondrose lombo-sacrée, le patient doit consulter un neurologue qui procédera à un examen, prescrira un examen aux rayons X et une tomodensitométrie.

Sciatique

Description de la maladie

La sciatique (syndrome musculaire en forme de poire, sciatique, névralgie) est une affection associée à l'incarcération et à l'inflammation du nerf sciatique.
Regarder une vidéo à ce sujet

La sciatique n'est pas une maladie, mais l'un des symptômes qui peuvent être causés par toutes sortes de raisons, allant de l'ostéochondrose à l'hypothermie.

Nature de la douleur

La douleur dans le cas d'une sciatique peut être de nature différente: douleur insupportable, débilitante ou légère gêne, mais dans tous les cas, les sensations augmentent avec le temps. En cas de sciatique, la gêne s'étend à une fesse et à un membre symétrique (sa surface arrière), il est douloureux pour une personne de rester assise et debout pendant une longue période.

Diagnostic et traitement

Pour clarifier le diagnostic, le patient doit contacter un spécialiste en vertébrologie. À titre de mesure diagnostique, un examen externe, une IRM et une tomodensitométrie de la colonne vertébrale, des rayons X et une électroneuromyographie sont réalisés. Le traitement est choisi en fonction de la cause de la maladie (exercices de physiothérapie pour la colonne vertébrale, acupression, dans les cas difficiles - traitement chirurgical).

Hernie intervertébrale

Description de la maladie

La hernie intervertébrale est le résultat d'une ostéochondrose négligée, à la suite de laquelle le disque vertébral s'effondre et à sa place, se développe un tissu fibreux, une inflammation et un dépôt de sels de calcium. Le disque déformé irrite les nerfs qui le traversent et active des sensations désagréables.

Nature de la douleur

La douleur est vive, forte, elle ne se ressent que du côté droit ou du côté gauche. Le signe caractéristique d’une hernie intervertébrale est que l’inconfort commence au bas du dos, après quoi le syndrome douloureux s’abaisse au niveau de la fesse et de la cuisse. Par la suite, les symptômes suivants se joignent:

  • faiblesse dans les membres;
  • violation de la sensibilité de la peau sur les fesses;
  • chair de poule;
  • violation de la miction et la défécation.

Diagnostic et traitement

La hernie intervertébrale est traitée par un neurologue ou un orthopédiste. Les patients se voient prescrire des rayons X, un scanner et une IRM.

Myosite

Description de la maladie

La myosite est un processus inflammatoire dans les muscles résultant d'infections virales respiratoires aiguës, de maladies auto-immunes, d'infections chroniques, d'hypothermie et de blessures. Il en a plusieurs variétés, mais les fesses sont généralement douloureuses avec une myosite ossifiante.

Nature de la douleur

Lorsque l'inflammation musculaire ressent une douleur dans la fesse lors de la marche, le plus souvent un caractère flou, tirant ou pleurnichant.

Diagnostic et traitement

Le spécialiste de la myosite musculaire est choisi en fonction de la cause de la maladie: s'il s'agit d'une conséquence d'une blessure, vous devez contacter un traumatologue. Si la raison en est une maladie infectieuse, vous devez consulter un thérapeute. La tactique du traitement dépend du stade et de la négligence de la maladie. Des agents anti-inflammatoires non stéroïdiens, des pommades chauffantes, des exercices thérapeutiques et des massages sont couramment utilisés. Dans certains cas (en cas de suppuration), une intervention chirurgicale est nécessaire.

Processus inflammatoires purulentes

Description de la maladie

Des processus purulents dans les tissus internes des fesses peuvent survenir pour différentes raisons: pénétration de microorganismes pathogènes (généralement un staphylocoque) dans une plaie ouverte, immunité réduite, troubles métaboliques, refroidissement excessif du corps, introduction de produits chimiques sous la peau.

  1. Les abcès Des cavités remplies de pus qui ressemblent à des furoncles de différentes tailles.
  2. Phlegmon Inflammation sous-cutanée du tissu adipeux sous la forme d'un gonflement au site de la blessure.
  3. Ébullition. Inflammations aiguës des follicules pileux, du protocole sébacé et des tissus environnants, en forme de cône avec un contenu purulent.
  4. Ostéomyélite. Maladie inflammatoire purulente qui affecte non seulement les tissus et les muscles fessiers, mais également les os. Il s'agit d'une maladie potentiellement mortelle pouvant entraîner le coma et la mort. Par conséquent, au moindre soupçon de maladie, vous devez immédiatement consulter un spécialiste.

Par conséquent, s’il est nécessaire de l’administrer, il est nécessaire de contacter des agents de santé qualifiés - cela minimisera la douleur à la fesse et aux problèmes plus graves.

Nature de la douleur

Dans les maladies inflammatoires, la douleur est généralement forte, aiguë. Le patient ressent une douleur dans la fesse lorsqu'il est assis et lorsqu'il touche la zone touchée, l'inconfort augmente. Le patient a souvent de la fièvre, des maux de tête, une détérioration du bien-être général.

Diagnostic et traitement

Diagnostic des processus inflammatoires des tissus impliqués chez le chirurgien. Pour ce faire, il suffit souvent que le patient passe des tests sanguins (général, élargi) pour que le médecin puisse s'assurer que l'infection ne pénètre pas dans la circulation sanguine. Les abcès, le phlegmon et les furoncles sont traités chirurgicalement, après quoi un traitement antibactérien et réparateur est prescrit à la personne. L'exception est l'ostéomyélite, qui est traitée exclusivement à l'hôpital.

Si l'abcès est petit et n'est pas accompagné de fièvre ou d'autres symptômes similaires, il peut être guéri à la maison. Pour ce faire, utilisez l'onguent ("Levomekol", l'onguent Vishnevsky, etc.), des oignons cuits au four, des feuilles d'aloès fraîches.

Maladies de l'articulation de la hanche

Dans les maladies de l'articulation de la hanche, le syndrome douloureux peut également être localisé ou donné à la région fessière. Le plus souvent, les fesses font mal après une blessure ou une luxation, accompagnées de pathologies congénitales ou acquises. En outre, la cause peut être la déformation de maladies affectant le cartilage et les os (arthrite, arthrose, coxarthrose, tuberculose).

La douleur dans les fesses peut également être ressentie lorsque les tissus mous sont meurtris ou trop sollicités par les muscles.

Nature de la douleur

Les maladies et les lésions de l'articulation de la hanche se caractérisent par des douleurs dans les fesses et la région inguinale s'étendant jusqu'à la surface supérieure des cuisses. L'inconfort peut être faible ou fort, selon le degré de dommage aux articulations. La raideur des mouvements, les boiteries, l'incapacité d'effectuer des actions simples (écarter les jambes, s'accroupir, etc.) peuvent rejoindre le syndrome douloureux.

Diagnostic et traitement

Les rhumatologues, les traumatologues (si les symptômes ont été causés par un traumatisme) et les chirurgiens s’occupent du traitement des maladies des articulations de la hanche. Les diagnostics comprennent les rayons X, les tomodensitogrammes, l'IRM, les analyses de sang biochimiques, parfois les ultrasons et l'électroneuromyographie.

Tumeurs malignes

Les néoplasmes malins des fesses se développent dans les tissus mous et appartiennent le plus souvent à des sarcomes, carcinomes basocellulaires et épidermoïdes. De plus, en présence de taches pigmentaires et de naevus sur les fesses, ils peuvent dégénérer en mélanome.

Nature de la douleur

Avec le développement de tumeurs malignes, les fesses peuvent faire mal à tout moment, la douleur est cousue ou tirée dans la nature et ne disparaît pas, même après avoir pris les médicaments appropriés. Par la suite, la douleur commence à se manifester aux jambes, aux cuisses, au bassin et aux hanches, ainsi que les symptômes associés aux problèmes de miction et de défécation.

Diagnostic et traitement

Si vous soupçonnez une tumeur maligne des fesses, vous devriez contacter un oncologue dès que possible. Le patient reçoit une radiographie ou une échographie de la zone touchée, une tomodensitométrie, des marqueurs tumoraux et une biopsie pour confirmer le diagnostic. Le traitement comprend la chimiothérapie, la radiothérapie, la cryodestruction et la chirurgie.

Pendant la grossesse

Beaucoup de femmes remarquent que leurs fesses sont douloureuses pendant la grossesse et le plus souvent, elles se manifestent entre 36 et 40 semaines de grossesse. La cause de cette affection est généralement la compression des troncs nerveux et des vaisseaux de l’utérus en croissance. Afin de remédier à cette situation, il est recommandé à la future mère de porter un pansement, d’éviter les efforts physiques importants et d’effectuer une gymnastique spéciale pour les femmes enceintes.

Dans quel cas des soins médicaux d'urgence sont-ils nécessaires?

Parfois, des douleurs dans les fesses accompagnées de symptômes peuvent menacer la vie d'une personne. Les symptômes qui nécessitent une attention médicale immédiate incluent:

  • forte fièvre, confusion ou perte de conscience;
  • saignements intestinaux, apparition de sang dans les selles ou l'urine;
  • forte faiblesse dans les jambes;
  • paralysie d'une ou des deux jambes.

Premiers soins pour la douleur dans les fesses

Pour soulager l'état du patient avant d'être consulté par un médecin, les mesures suivantes doivent être prises:

  • limiter l'activité physique;
  • adopter une position dans laquelle la douleur sera le moins ressentie;
  • Masser la zone touchée avec des mouvements légers.
  • boire un médicament anesthésique ("Analgin", "Diclofenac", "Ketanov", "Dolar");
  • si la douleur est causée par une ecchymose, appliquez une compresse froide sur la zone touchée;
  • s'il y a une plaie ouverte à la surface de la peau, traitez-la avec un antiseptique;
  • si le syndrome douloureux est causé par une injection non professionnelle, vous pouvez dessiner un filet d’iode sur votre fesse ou appliquer une compresse d’alcool;
  • en présence de furoncle ou autre éducation avec le contenu purulent faire une compresse de pommade Vishnevsky ou pommade Ichthyol.

Le diagnostic précoce et le traitement rapide de toute maladie augmentent considérablement les chances de guérison complète sans complications ni conséquences.

Posez-nous une question dans les commentaires ci-dessousPosez une question >>

Plus D'Articles Sur Les Pieds